Mode d’action des vaccins

Chaque virus et chaque bactérie déclenchent une réponse unique du système immunitaire, qui implique un ensemble de cellules présentes dans le sang, dans la moelle épinière et dans tout le corps, appelées, entre autres, cellules T et cellules B.

Le vaccin stimule une réponse immunitaire et permet au corps de «mémoriser» une maladie spécifique, sans la transmettre.

La plupart des vaccins contiennent une forme très atténuée ou inactivée (tuée) d’un virus ou d’une bactérie qui provoque habituellement une maladie, ou une petite quantité de ce virus ou de cette bactérie. C’est ce qu’on appelle l’antigène.

Lorsque le vaccin est administré à une personne, son système immunitaire reconnaît l’antigène comme un «corps étranger». Cela active les cellules du système immunitaire afin qu’elles tuent le virus ou la bactérie à l’origine de la maladie et qu’elles fabriquent des anticorps contre celui/celle-ci. Les anticorps sont des protéines spéciales qui contribuent à éliminer le virus ou la bactérie.

Si la personne entre ensuite en contact avec la véritable bactérie ou le véritable virus infectieux, son système immunitaire s’en «souviendra». Il produira donc rapidement les anticorps adaptés et activera les cellules immunitaires adéquates pour éliminer le virus ou la bactérie, protégeant ainsi la personne contre la maladie.

L’immunité dure en général des années et parfois même toute une vie. Sa durée varie en fonction du type de maladie et de vaccin.

L’immunité que confère la vaccination protège non seulement l’individu immunisé, mais également les personnes non vaccinées de la communauté, telles que les nourrissons, trop jeunes pour se faire vacciner. Cette "immunité collective" ne peut fonctionner que si un nombre suffisant d’individus sont vaccinés.

En revanche, une personne qui acquiert une immunité en contractant la maladie peut exposer d’autres personnes non vaccinées à la maladie. Cette personne est également exposée à un risque de complications.

How vaccines work
1. Antigène 2. Anticorps 3. Réponse immunitaire

Certains vaccins plus récents ne contiennent pas d’antigène. À la place, ils contiennent des «instructions» qui indiquent aux cellules du corps comment fabriquer un antigène identique à une petite partie d’un virus réel.

Ces instructions peuvent se présenter sous la forme:

  • d’ARNm, dans le cas des vaccins à ARNm; ou
  • d’un virus modifié et inoffensif, dans le cas des vaccins à vecteur viral.

Lorsqu’une personne reçoit un vaccin à ARNm ou à vecteur viral, certaines de ses cellules lisent les instructions. Ces cellules produisent ensuite l’antigène pendant une courte durée avant de dégrader l’ARNm ou le virus inoffensif.

Le système immunitaire de la personne reconnaît ensuite l’antigène comme étant «étranger», en activant les cellules immunitaires et en fabriquant des anticorps.

Certains vaccins contre la COVID-19 fonctionnent au moyen de l’ARNm ou d’un virus modifié. Parmi les vaccins contre la COVID-19 autorisés dans l’UE en mars 2021, Comirnaty et Moderna sont des vaccins à ARNm, et Vaxzevria (précédemment connu sous l’appellation COVID-19 Vaccine AstraZeneca) et Janssen sont des vaccins à vecteur viral.

Page last updated 30 avr 2021